Introduction



Quelques mots...

Pour le lancement de ces cours d'histoire en ligne, j'ai choisi de vous présenter la fantastique épopée de Jeanne d'Arc. Une histoire fabuleuse, unique au monde, qui ne laisse aucun Français indifférent.

Jeanne d'Arc est un météore de son siècle, une héroïne providentielle qui a sauvé, en quelques mois à peine, la France d'une disparition certaine. Malgré les doutes de ses contemporains, la lâcheté des hommes et la haine des Anglais, c'est Jeanne qui, toujours, eut « raison contre les raisonneurs », comme le disait Bainville. On pourra se frotter les yeux autant que l'on voudra, tourner la question dans tous les sens, c'est bien cette petite pucelle d'un mètre soixante âgée d'à peine 17 ans, qui a libéré la France.

Pour cette envoyée de Dieu, qui fit preuve d'un courage à en faire pâlir d'envie les plus grands chefs de guerre de son temps, la mission était claire, limpide : délivrer Orléans pour empêcher la France de sombrer, et aller faire sacrer le roi à Reims afin qu'il soit enfin proclamé comme le seul souverain légitime du royaume de France. Ce fut chose faite, en à peine 3 mois, et avec quel panache !

Cependant, une fois ces prouesses accomplies, tout va aller mal pour la Pucelle. De l'échec devant Paris à sa capture à Compiègne, Jeanne ne semblait plus avoir de prise sur les choses une fois le pouvoir sacré remis au roi. Sa mission était terminée, et comme le dira magnifiquement l'historienne Régine Pernoud, « il ne lui manquait plus que l'auréole du martyr »...

À Rouen, le 30 mai 1431, après un simulacre de procès, Jeanne fut brûlée vive sur la place du Vieux-Marché devant une foule hostile et assoiffée de sa mort. Elle n'avait même pas 20 ans.

Mais cette fin tragique ne renversera pas la tendance pour autant : dès la mort de Jeanne, une incroyable série noire va s'enclencher pour les Anglais. Dès l'instant où la Pucelle était arrivée, plus rien ne leur souriait. Le processus va continuer, se terminant par leur évincement quasi-total du territoire, en 1453. La guerre de Cent-Ans était terminée, Charles VII était désormais Charles le Victorieux.

Tout cela grâce à Jeanne, dont la mémoire sera lavée en 1456, au procès en nullité. En 1920, elle deviendra même une sainte catholique, avant d'être proclamée sainte patronne secondaire de la France deux ans plus tard, derrière la Vierge Marie.

C'est de cette histoire merveilleuse, impensable, inimaginable, dont il est question dans ce cours.

Je vous souhaite un excellent apprentissage !

Christopher Lannes